QUINZAINE CONSACRÉE AUX VICTIMES DU MENSONGE, DE L’INJUSTICE ET DE IMPUNITÉ


QUINZAINE CONSACREE AUX VICTIMES DU MENSONGE, DE L’INJUSTICE ET DE L’IMPUNITE

Le mensonge sert toujours à s’assurer l’impunité, à justifier l’injustice, à couvrir la corruption généralisée et à déposséder les citoyens de leurs biens dans pays, dans une région ou dans un continent. Au Rwanda, la première victime du mensonge c’est l’HISTOIRE.

En effet l’histoire a été de la tragédie rwandaise a été falsifiée pour assurer l’impunité les seigneurs du crime et les seigneurs de guerre qui sévissent en toute impunité au Rwanda et dans la Région de l’Afrique des Grands Lacs.

Mais, cette histoire falsifiée sera traitée plus tard. Notre première quinzaine sera consacrée à quelques victimes du mensonge triées dans de nombreux dossiers qui ont été traités par le CLIIR depuis sa création le 18 août 1995, il y a 22 ans.

Suite à sa proposition du 21 Novembre 2017 instaurant la date du 21 novembre de chaque année comme « Journée de Lutte contre le Mensonge», le Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda (CLIIR) lance la première « Quinzaine consacrée aux victimes du mensonge, de l’Injustice et de l’Impunité » qui commence le 27 novembre 2017.

Pendant cette campagne de 15 jours, 15 victimes ou groupes de victimes seront portés à la connaissance des médias et de l’opinion publique avec des cas illustratifs pour souligner les dégâts causées par le Mensonge et ses corollaires : l’injustice, la violence, la mort et l’impunité.

Selon un proverbe africain : « Le mensonge donne des fleurs, jamais des fruits ». La tragédie du Rwanda et de la Région de l’Afrique des Grands Lacs a été provoquée par une guerre économique imposée aux peuples de cette région. Et comme dans toute guerre économique, « avant de tuer les hommes, on commence par « tuer la vérité ». Avant d’interdire l’esclavage aux Etats-Unis d’Amérique en 1863, le président américain Abraham LINCOLN a déclaré à l’un de ces visiteurs cette vérité qui a survécu jusqu’à ce jour : « Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps ; vous pouvez même tromper quelques personnes tout le temps ; mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps ».

Au Rwanda le mensonge fait partie de la culture Rwandaise depuis des centaines d’années. Le mensonge a fait trop de victimes que nous allons rapporter pendant ces quinze jours.

Le Mensonge d’Etat au Rwanda 

Le mensonge d’Etat a déjà frappé plusieurs personnes qui s’estiment innocentes et qui auraient pu jouir de leur dignité humaine au lieu d’être diabolisées, traînées dans la boue, emprisonnées ou contraints de se cacher ou de s’exiler. Comme nous allons le constater dans les cas suivants, le mensonge peut frapper n’importe quel citoyen rwandais, à n’importe quel moment et de n’importer quelle façon. Notre première QUINZAINZE présente une variété impressionnante des victimes du mensonge que nous allons vous présenter brièvement dans un petit résumé de leur tragédie personnelle.

DECOUVREZ NOS DOSSIERS:

#1 Le cas de Monsieur Eugène Ngabwa

#2 Le cas de l'Abbé Joseph Ndagijimana

#3 Le cas de Monsieur Ambroise Cyubahiro

#4 Le cas du Lieutenant Colonel Cyriaque Habyarabatuma

#5 Le cas de Monsieur Kizito Mihigo