COM135/2015 - Rwanda: Recrudescence de persécutions contre les opposants


Rwanda: Recrudescence de persécutions contre les opposants politiques

 

Le Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda (CLIIR) dénonce et condamne les récentes persécutions dirigées contre les opposants politiques qui résistent pacifiquement au régime du président rwandais Paul Kagame. Rappelons que ce dernier a ordonné récemment le changement de la constitution rwandaise pour mieux s’accrocher au pouvoir jusqu’en 2034 et s’assurer l’impunité pour tous les crimes qu’il a commandités au Rwanda et en République Démocratique du Congo (RDC) depuis 1990 jusqu’à ce jour. 

Ces persécutions s’amplifient suite à l’annonce par le régime Kagame d’un Référendum prévu pour le vendredi 18 décembre 2015 pour forcer le peuple rwandais à avaliser les modifications apportées à la Constitution Rwandaise pour assurer la longévité au pouvoir du président Paul Kagame et son parti le Front Patriotique Rwandais (FPR).

Chronologie des récentes persécutions contre l’opposition 

Vendredi le 04 décembre 2015 vers 9h20, quatre individus, en tenue civile et à bord d’une voiture civile, ont tenté de kidnapper et de neutraliser par la force Monsieur Boniface TWAGIRIMANA, Vice-Président des Forces Démocratiques Unifiées (FDU-Inkingi). Lorsque ce dernier a crié au secours, plusieurs dizaines d’habitants de ce quartier ont accouru pour connaître l’identité et le motif de cette tentative d’enlèvement en plein jour.

Les quatre agresseurs ont présenté leur victime comme étant un grand voleur des machines dans la capitale rwandaise. Monsieur Twagirimana a expliqué qu’il est vice-président des FDU-Inkingi, présidées par Madame Victoire INGABIRE Umuhoza condamnée à 15 ans de prison et emprisonnée arbitrairement pour ses idées et activités politiques qu’elle était venue défendre au Rwanda depuis son retour d’exil le 16 janvier 2010.

La population a pris la défense de Twagirimana Boniface et l’a accompagné jusqu’au poste de police le plus proche. Il a été séquestré dans ce lieu jusqu’à sa libération le Samedi 05/12/2015.

Dans son communiqué de presse n°004/CCP/2015, les trois formations politiques (FDU-Inkingi, PDP-Imanzi et Parti Social Imberakuri) ont dénoncé et condamné les nombreuses disparitions forcées observées ces dernières années au Rwanda.

Jeudi 10 décembre 2015 vers 14 heures, une délégation du FDU-INKINGI et du PDP-IMANZI a été arrêtée lorsqu’elle s’est présentée au bureau du Premier  Ministre Rwandais pour déposer une copie de la demande d’autorisation pour une manifestation organisée par le CCP (Cadre de Concertation Permanent) regroupant les FDU, le PDP et le PS au Rwanda.

Cette délégation était composée par Monsieur Jean Marie Vianney KAYUMBA, porte-parole du Pacte Démocratique du Peuple (PDP-Imanzi) et Monsieur Fabien TWAGIRAYEZU des Forces Démocratiques Unifiées (FDU-Inkingi).

D’après le Communiqué du 10/12/2015 publié par les deux formations politiques, « Cette manifestation a pour but de montrer, au monde entier, que le régime du FPR-Inkotanyi veut utiliser le référendum dont l’issu est connu d’avance pour permettre à Paul Kagame de se maintenir au pouvoir au-delà de 2017 ». Cette manifestation est prévue mardi le 15 décembre 2015 de 9h à 12h.

Selon les deux partis politiques : « Le parti FPR-Inkotanyi ainsi que le gouvernement dirigé par le Président Paul Kagame ont toujours mis en avant l’initiative populaire pour justifier la modification de la Constitution». 

Or, suite aux intimidations, au musellement du peuple et au climat de terreur entretenu au Rwanda, aucune consultation populaire ou référendum ne sont possibles sous un régime de terreur qui viole tous les droits et libertés dont la liberté d’expression.

Recommandations 

Le Centre recommande instamment : 

-          Que le président Paul Kagame décrète l’interdiction des kidnappings et autres enlèvements d’opposants politiques et de citoyens rwandais ordinaires par les organes sécuritaires de son régime.

-          Que les autorités rwandaises et particulièrement le président Kagame cessent immédiatement toutes les persécutions et les tracasseries dirigées contre les opposants politiques.

-          Que les autorités rwandaises et particulièrement le président Paul Kagame, cessent immédiatement toutes les persécutions et les tracasseries dirigées contre les opposants politiques.

-          Que les autorités rwandaises libèrent immédiatement tous les opposants politiques dont les principaux chefs de l’opposition tels que

Ø  Madame Victoire INGABIRE Umuhoza (Présidente des FDU-Inkingi),

Ø  Déogratias MUSHAYIDI (président du PDP-Imanzi),

Ø  Mr Sylvain SIBOMANA (Secrétaire Général des FDU),

Ø  Dr Théoneste NIYITEGEKA (ex-candidat aux élections présidentielles de 2003),

Ø  Jean Baptiste ICYITONDERWA et Eric NSHIMYUMUREMYI (cadres politiques du Parti Social Imberakuri),

Ø  et bien d’autres…

-          Que les autorités rwandaises recherchent activement Monsieur SIBOMANA Rusanganwa Aimable, ancien Secrétaire particulier de Maître Bernard NTAGANDA, président du Parti Social IMBERAKURI (PSI) porté disparu à Kigali depuis dimanche le 20 juin 2010.

-          Que tous les partis politiques d’opposition soient enregistrés et autorisés à participer aux élections et à jouer leur rôle dans la construction de l’Etat de droit au Rwanda.

-          Que le peuple rwandais résiste à toutes les campagnes de manipulation, d’intimidation et de terrorisme d’Etat.

-          Que tous les rwandais se serrent les coudes pour résister à l’oppression d’une dictature impitoyable qui les déstabilise, les appauvrit et les affame par d’incessantes extorsions d’argent sous divers prétextes.

 

Fait à Bruxelles, le 14/12/2015

Joseph MATATA, Coordinateur du CLIIR